Extrait de l'Ombre Sanglante 2

Aller en bas

Extrait de l'Ombre Sanglante 2

Message  L'amoureuse le Dim 28 Nov - 15:06

Vu que j'ai posté le milieu de mon livre, je poste maintenant le début si ça vous intéresse, mais vu que mon roman fait environ 70 pages pour l'instant, vous ne comprendrez toujours pas grand-chose... C'est parti ! Razz

Prologue
Ф


Tribu de Deusama, date inconnue

Le ciel, noir comme de l'encre, tonna une nouvelle fois au-dessus de la prairie où ils étaient. En bas, dans la tente centrale, le Cœur Mourant entamait le rituel apaisant. Mais au fond de lui, il savait que c'était vain. Slamune était trop en colère pour écouter leur misérables prières...Elle déchainait sa colère pour les punir de leurs affronts, n'ayant cure de son pardon. Cœur Mourant poussa un soupir et se prépara à affronter le peuple en transe. Ils attendaient sa transcription du discours de la Grande Déesse. Il se leva avec peine, et du haut de ses 204 ans sortit appliquer les conseils de son défunt mentor. La pluie redoubla.


Un
Ф


Bourg-en-Bresse, 2010, 7H30

La pluie redoubla. Juste au moment où je sors, pensa Sla avec amertume. Comme d'habitude, elle avait l'impression que le malheur du monde se trainait avec elle. En plus de son prénom pourri, issu de celui d'une déesse maya, sa rentrée dans un collège de ploucs après son déménagement dans ce "village de retraite", la pluie s'infiltrait dans ses chaussures trop petites, évidemment sa seule paire encore valable. Quoique plus pour longtemps si la pluie continuait ainsi. Elle commença sa marche jusqu'à son lycée. A 16 ans, Sla n'avait que 2 amis, Céline et Rick et avait une vie on ne peut plus ennuyeuse. Et ses amis, elle les avait laissés à Paris, sa ville d'origine. Dieu qu'elle était heureuse avant la faillite de son père et leurs déménagements forcés tous les ans depuis... longtemps déjà. Aujourd'hui ils s'étaient fixés, mais pas au bon endroit selon elle. Ce minuscule village isolé de tout commerce l'ennuyait déjà depuis son arrivée il y 4 jours seulement. En posant ses valises dans le minuscule 2 pièces avec 1 seule salle de bains et une connexion internet désastreuse (ne parlons de la TV), son père avait déclaré : " Et voilà ! Maintenant on ne bouge plus ! "Et depuis ces bonnes paroles, elle ne l'avait pas revu ni entendu. Trop de travail, comme d'habitude, songea t-elle en se faisant tremper comme une soupe. Ces pensées la trainèrent vers sa mère. Maman,...tu me manques....tu es partie il y a 4 ans...pourquoi ? pleura t-elle silencieusement. Son voyage au Mexique l'avait tuée. Cette pierre n'aurait pas due tomber. Pas sur elle. Sa passion idiote l'avait achevée. Mais ce n'était pas le moment d'y penser. Elle arrivait à son nouveau lycée.


Même date, même endroit, 8H

Lorsqu'elle entra dans le minuscule hall, tout les regards se tournèrent vers elle. Aïe. Elle baissa les yeux et marcha d'un pas rapide vers les escaliers. Malheureusement, elle n'avait aucune idée de la direction à prendre. Elle montait l'escalier de gauche lorsque une main lui tapota l'épaule. Elle se retourna vivement, prête à inonder son agresseur de mots acides. Mais elle s'étonna de découvrir une jolie jeune fille rousse avec des yeux verts et des taches de rousseur sur le nez. Elle portait un gilet vert, un pantalon marron et des bottines en cuir de même couleur. Son sourire malicieux et ses yeux pétillants finirent de convaincre Sla que cette fille n'était pas méchante. La fille lui parla avec un fort accent texan:
- Salut, moi c'est Justine. Tu es la nouvelle ? J'ai entendu parler de toi. Tu viens de Paris, non ? Moi j suis née en Amérique. Enchaîna t-elle sans lui laisser le temps de répondre.
- Oui...Je m'appelle Sla.
- Sympa comme prénom. Tu es un peu perdue ici non ? Les gens ne sont pas très accueillants. Je crois qu'on est dans la même classe. T'as qu'à me suivre.
- D'accord...fit Sla d'une voix éteinte en suivant sa nouvelle amie. Ça promet.










Deux
Ф


Appartement de Sla, nuit

Allongée dans son lit, Sla repassa sa journée en boucle et n'y trouva rien de vraiment désagréable. Finalement, ç'avait été une journée plutôt agréable. Étonnant. Sans doute grâce à Justine. Le midi, au réfectoire miteux, elle s'était racontée leur vie plutôt que de manger l'infâme bouillie prévue au menu. On comprenait mieux pourquoi Justine était si mince, si le repas était aussi infect tous les jours...Elle commença à raconter son enfance, des trémolos dans la voix:
- Je vivais dans le village de Spencer qui comptait 2000 habitants, tous fermiers ou magasiniers. Je menais une vie calme et sans histoires, je m'occupais des vaches, des poules, des moutons et de plein d'autres animaux. J'étais une "cow-girl", un vrai garçon manqué mais j'étais foncièrement heureuse,fit-elle en riant. Puis son regard s'assombrit et elle réfléchit un instant avant de poursuivre son récit:"En grandissant, je devins plus féminine,commençais à sortir et évidemment à me disputer avec mon père. Ce jour-là, la dispute fut violente et je ne revins que le soir du concert qui s'était déroulé dans la ville de NorthWood et où j'étais allée avec des amis. Sur la route, il pleuvait beaucoup et de nombreux camions de pompiers nous dépassaient à toute allure en direction de notre village. Je compris pourquoi en arrivant en centre ville. La tornade Cynthia s'était abattue sur la ville avec 1 mois d'avance et avec beaucoup plus de violence que prévue. Notre ranch était complètement détruit lorsque j'arrivais. Nous habitions en bordure du village et nous avions été frappé de plein fouet. Elle hésita un instant avant de poursuivre, les yeux baignés de larmes; Mes parents était à l'intérieur et ma mère était ensevelie sous les décombres, mon père occupé à l'aider. Ma mère était en quelque sorte dépressive, en fait elle ne sortait que l'été, ne parlait qu'à mon père qu'elle aimait vraiment. Pas à moi. Elle ne m'aimait pas, ma naissance n'était pas désirée et ma mère regrettait la soi-disant jeunesse qu'elle aurait pu avoir sans moi. Mon père, lui, ne regrettait rien et était heureux de ma présence à ses côtés. Mais il restait très attaché à ma mère. Ce jour-là, tu l'as deviné, elle mourut et depuis mon père ne s'intéressa plus à rien. On déménagea ici et j'ai eu à faire mon trou et à me débrouiller. Ça va mieux maintenant. Bon. Tu l'as constaté, ma vie n'était pas très belle. Mais bon, j'ai quand même de super souvenirs. A ton tour de raconter, maintenant."
Après avoir entendu le récit de la vie de Justine, la mienne a l'air tellement plus ennuyeuse...
- Je..je n'ai pas grand chose à dire, tu sais...
- Peu importe, raconte quand même. dit Justine en se plaçant sur les coudes et en s'apprêtant a écouter.
Ne voulant pas la décevoir, Sla commença à raconter:
-"Voilà... Je viens de Paris. Mon père travaillait à Mexico en tant que directeur d'une agence de recherches archéologiques lorsqu'il a rencontré ma mère. Elle s'est toujours passionnée pour les Mayas et leur civilisation. Mon prénom est le diminutif de Slamune, leur déesse du ciel et la plus importante de toutes. Il est tombé sous son charme et il est rentrée en France avec elle pour rencontrer ses parents. Il a tellement aimé ce pays qu'il y est restée à ses côtés. Peu après, il a ouvert une agence de recherches historiques. C'est pourquoi nous déménagions tous les ans. Recherches, recherches. Il travaille beaucoup et je le vois peu. Mais aujourd'hui on s'est fixés ici car ce n'est pas loin d'un très grand centre de recherches où mon père bosse depuis 2 ans.
- Et son agence à Paris ? interrogea sa copine
- Oh, il n'avait plus le temps d'en être le patron. Il l'a vendue mais il est toujours employé à temps partiel. Il y fait des exposés sur ses recherches. expliqua t-elle
- Ça m'a l'air d'être un boulot super intéressant. Et ta mère, que fait-elle ?
Évidemment, elle se pose la question...
- Eh bien...hésita t-elle avant de répondre. Elle..elle est morte. Je l'aimais plus que tout. Et c'était réciproque.
- Ça l'est toujours, fit Justine doucement. Je crois en l'au-delà et je crois que nos mères sont heureuses. Je suis désolée pour toi. Comment est-ce arrivé ?
- Elle visitait une pyramide Maya et s'était écartée de son groupe pour explorer tranquille, comme à son habitude. Mais cette pyramide était en rénovation. Une pierre s'est détachée et lui tombée dessus, je ne connais pas les détails. Je me dit souvent que sa passion l'a tuée, mais ça aurait sans doute été sa mort "préférée". Depuis mon père s'en est remis mais ne fréquente personne. Bizarrement, sa passion pour le peuple et les sites Maya a redoublée.
- Vraiment désolée. C'est bête. Mais au moins, ta mère t'aimait
- Oui.
- Pas la mienne...
Sla lui offrit un regard compatissant.
- Nous avons beaucoup de points communs, je crois, dit Justine avant de regarder sa montre. Oh, il est temps d'y aller.

Avant de s'endormir, Sla se dit que sa vie ici allait put-être être meilleure qu'elle ne le pensait.


Musée du Louvre, Paris, tard dans la nuit

Le téléphone sonnait sans discontinuer depuis plus de deux jours. L'assistant conservateur, Mark Aston, la soixantaine, était en manque de sommeil, mais tentait d'être efficace. Une grande découverte venait d'avoir lieu et il fallait que le musée ait l'exclusivité de l'affaire. Beaucoup d'argent était en jeu, et Dieu sait si le musée avait besoin de nouvelles visites. Il investissait régulièrement dans de nouvelles découvertes. Mark travaillait au musée depuis plus de 30 ans et n'avait jamais connu pareille effervescence. Le but de cette agitation était d'être les premiers et donc les seuls à avoir l'information selon laquelle il existait dans chaque pyramide Maya une chambre funéraire contenant des cercueils mais aussi des aliments pour l'au-delà, un peu comme les Égyptiens. Il fallait aussi les pièces au musée. Cette information avait depuis longtemps été devinée mais faute de preuves, rien n'avait été annoncé publiquement. Chose que souhaitait faire Jason Marshall, un éminent archéologue passionné des traditions Mayas et un des meilleurs amis de Jason. Sa femme partageait sa passion et était morte il y a 4 ans, tuée par la chute d'une pierre dans une pyramide. Ironie du sort, pensa Mark. Quoi qu'il en soit, le musée était prêt à tout (ou presque) pour diffuser lui-même l'info. Tirant Mark de sa rêverie, le téléphone émit sa sonnerie stridente. Attrapant une énième tasse de café, l'assistant conservateur se demanda quand est-ce que fichu engin cesserait de le déranger à tout bout de champ et s'il pourrait bientôt aller piquer un petit roupillon...

Alors ?? Qu'en pensez-vous ?
avatar
L'amoureuse

Messages : 64
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 22
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait de l'Ombre Sanglante 2

Message  Maya le Dim 28 Nov - 19:23

Tu aurais dû poster dans le même sujet, dans ton premier sujet, ça t'ennuie de faire un copier/coller pour mettre ce morceau dans l'autre sujet et de supprimer ce sujet??
avatar
Maya
Admin

Messages : 109
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 22
Localisation : Ici

Voir le profil de l'utilisateur http://un-chapitre-une-histoire.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum